Présentation

 Vous êtes actuellement sur le blog d’Arlette Bonté  – Ravie de vous accueillir !

Pour les curieuses, cliquez  : une histoire du patchwork

PoZie couturiere

Ce petit site, ce blog plus exactement, est une modeste présentation de mes réalisations personnelles en patchwork et autres créations à base de tissu.

 Partager cet espace avec vous, tel est mon souhait. Depuis 1993, je me passionne pour cette activité qu’est le patchwork. Ma maman était couturière et j’adorais être près d’elle lorsqu’elle travaillait le tissu. J’aimais toucher les tissus. j’étais fascinée par leur texture et leurs couleurs. Mais c’était tout. Je n’étais pas du tout intéressée par la couture.  Mes voyages à travers la France m’amenaient régulièrement en Provence où les tissus me fascinaient. Un jour, lors d’une visite dans un magasin de tissus, j’ai découvert des sacs sur lesquels étaient écrit : « Pour du patchwork ». Je ne connaissais même pas ce nom. Par le plus grand des hasards, je suis « tombée » quelques jours plus tard sur une exposition de patchwork. Ce fut la révélation. Je voulais faire ce genre d’activité. Voilà comment le virus m’a pris et ne m’a plus lâché.

Les techniques de patchwork m’interpellent constamment. Le patchwork est à la fois un art technique et artistique. Je le pratique le plus souvent en solitaire, mais j’appartiens aussi à deux groupes de « quilteuses » :

– Le Quilt Pictave  :  http://quiltpictave.wordpress.com/

– Cathypatch :    http://cathypatch.com/

La rencontre avec les autres m’est indispensable pour échanger, partager …  Alors au fil des jours, avec l’aide de mes filles et de mon mari, j’ai créé (ou plutôt, ils ont créé et moi je l’alimente) ce blog pour montrer ce que je fais et expliquer comment je le fais. Si cela peut être utile à quelques unes, ce sera un immense plaisir pour moi.

 

Les articles de présentation des patchworks se présentent le plus souvent selon le modèle suivant :

– Une photo générale de la pièce.

– Un tableau récapitulatif de ses caractéristiques.

– Une série de scanners de mes notes et autres fiches techniques.

ATTENTION : Les fichiers techniques inclus dans certaines pages sont mes notes personnelles qui m’ont servies pour la réalisation de mes patchworks. Ils n’ont pas été rédigés pour un cours quelconque. Si bien que certains sont à l’état de brouillon ou manuscrits. La démarche de réalisation est « à l’état brut ».  Ce sont de simples « scans ». Mais j’ai pensé qu’ils pourraient être une aide pour celles qui voudraient se lancer dans la réalisation du modèle. Il faudra cependant refaire tous les gabarits à bonne dimension.

Je me tiens à votre disposition par le biais de ce blog pour répondre à toute question que vous vous poseriez. Vos commentaires pour donner votre avis, réagir, compléter, poser des questions…sont précieux… Je serai ravie de vous lire.

Très amicalement

logopoz1

 

 

 

 

 

Pour les curieuses : une histoire du patchwork

La réalisation du patchwork avait d’abord un but pratique de réutilisation de fragments de tissu divers issus de découpes nécessaires pour d’autres travaux.

On a trouvé des représentations très anciennes en Inde et en Égypte. La tradition rapporte que ce sont les croisades qui ont apporté en Italie et dans le sud de la France cette technique trouvée en Palestine.

Développée en Grande-Bretagne à la fin du XVIIIe siècle, elle se développa aux États-Unis à l’occasion de la forte immigration britannique au début du XIXe siècle. Au contact des « anglaises », les femmes amish furent intéressées par ce mode de récupération qui correspondait exactement aux principes de vie de leur communauté. Les patchworks amish réalisés avec des tissus unis et souvent sombres, chutes des tissus traditionnellement utilisés, constituent un style particulier de l’art du patchwork et sont très recherchés.

Du côté de l’Asie, la technique ne semble jamais s’être éteinte. Si la technique du shashiko est sans doute récente au Japon, certaines gravures témoignent d’une existence ancienne. En Inde et au Pakistan, par exemple, il reste encore des artisans réalisant des patchworks de type mola ou broderie perse avec de l’appliqué collé : le Ralli quilt des bords du désert du Thar.

Un patchwork est dit piécé lorsque les morceaux sont cousus entre eux et appliqué lorsque les morceaux sont superposés. La surface continue ainsi obtenue peut servir à la base de couverture, d’habillement, de panneau mural décoratif.

 

Les étapes de réalisation d’un patchwork sont :

  • l’assemblage précédé de la découpe des éléments pour les ajuster et constituer ainsi une pièce de la taille désirée ;
  • la couture des pièces entre elles
  • le matelassage qui consiste à coudre ensemble la surface du patchwork et une doublure entre lesquelles on insère une couche de molleton. La couture se fait à l’aide de points selon des tracés décoratifs et donnant un relief à l’ensemble fini. La technique de ce piquage se rapproche de celle du piqué provençal ou du piqué marseillais.

C’est le nom de ce piquage (quilting en anglais) qui a donné le nom anglo-américain de quilt à l’assemblage de ces tissus.

 

Les patchworks traditionnels sont soit des piécés, soit des appliqués.

Certains types d’assemblage portent des noms spécifiques :

  • le mola dit aussi appliqué inversé où les couches sont creusées pour faire apparaître la couleur en dessous ;
  • le sampler composé de blocs tous différents ;
  • le crazy utilise des pièces aux formes irrégulières sans références aux motifs traditionnels et où les coutures entre les pièces sont souvent brodées ;
  • le seminole utilise des pièces obtenues par la découpe à 45° ou 60° d’un assemblage de bandes parallèles de différents tissus : le résultat s’apparente à l’habit d’Arlequin ;
  • le sashiko parfois simple broderie, parfois assemblage de pièces à motifs japonais mais où, surtout, la couleur du fil de quilting doit être en contraste avec le tissu.

Néanmoins, dans cet art textile, on trouve souvent des œuvres composites qui peuvent être de véritables tableaux figuratifs ou non et alliant un fond d’éléments assemblés complétés par des pièces appliquées cousues ou même collées. Tout l’art de la finition réside aussi dans les motifs et les points utilisés pour le quilting qui doit mettre en valeur les pièces assemblées.

Le patchwork, particulièrement en Europe évolue également vers l’art textile contemporain. De nombreuses expositions internationales lui sont consacrées.

 

Motifs traditionnels (blocs) : Ils sont assez nombreux. En voici quelques-uns :

  • patte d’ours
  • échelle de Jacob
  • étoile de l’Ohio
  • panier
  • manteau de Joseph
  • cabane de rondins (log cabin)
  • assiette de Dresde (Dresden plate)
  • vol d’oies
  • chemin de l’ivrogne
  • jardin de grand-mère
  • chaîne irlandaise

 

//


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/0/d405571272/htdocs/armipatch/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *